Impôts et assurance-vie: Prestations de décès accélérées | Vie / assurance maladie | 2018

Impôts et assurance-vie: Prestations de décès accélérées

Dans le cadre de Tout au long du mois de mars, nous travaillons en partenariat avec notre service de jumelage Summit Professional Networks, Tax Facts Online , pour prendre un Quel est le traitement fiscal d'un paiement de prestation de décès accéléré d'un contrat d'assurance-vie? Généralement, tout montant reçu en vertu d'un contrat d'assurance-vie sur la vie d'un assuré en phase terminale ou d'un malade chronique sera considéré comme un montant payé en raison du décès de l'assuré. Les montants reçus en vertu d'un contrat d'assurance-vie en raison du décès de l'assuré ne sont pas inclus dans le revenu brut. Ainsi, une prestation de décès accélérée répondant à ces exigences sera généralement perçue sans l'impôt sur le revenu.

Toutefois, les montants versés à une personne souffrant d'une maladie chronique sont assujettis aux mêmes limites que celles qui s'appliquent aux prestations de soins de longue durée. En règle générale, il s'agit d'une limite de 330 $ par jour en prestations. Plus précisément, si le total des paiements périodiques de soins de longue durée reçus de toutes les polices et tous les paiements périodiques reçus qui sont considérés comme payés en raison du décès de l'assuré (en vertu de l'article 101 (g)) dépassent une limite quotidienne , l'excédent doit être inclus dans le revenu (sans égard à l'article 72 de l'IRC). (Si l'assuré est en phase terminale lorsqu'un paiement traité en vertu de l'article 101 (g) du CIR est reçu, le paiement n'est pas pris en compte à cette fin.)

La limite journalière est égale au plus élevé des montants suivants: une limite de 330 $ par jour en 2014 ou (2) les coûts réels engagés pour les services de soins de longue durée admissibles fournis à l'assuré moins les paiements reçus

pour les services de soins de longue durée admissibles pour l'assuré . Ce chiffre est ajusté pour l'inflation chaque année. Les prestations de décès accélérées versées à des personnes en phase terminale ne sont pas assujetties à cette limite.

Exemple . En 2014, M. Heller a reçu des services de soins de longue durée admissibles pendant 30 jours pour un coût total de 7 500 $. Un contrat d'assurance de soins de longue durée admissible lui a versé une prestation de 330 $ par jour, soit un total de 9 900 $. De plus, 500 $ du coût des services de soins de longue durée admissibles ont été remboursés par une autre source. Ainsi, un montant de 500 $ de la prestation de 9 600 $ est inclus dans le revenu de M. Heller. Un malade en phase terminale est une personne qui a été reconnue par un médecin comme souffrant d'une maladie ou d'un état physique susceptible de causer la mort. vingt-quatre mois après la certification.

Un malade chronique est une personne qui n'est pas en phase terminale et qui a été certifiée par un praticien de la santé agréé comme étant incapable d'accomplir, sans aide substantielle, au moins deux activités de la vie quotidienne (AVQ) pour au moins quatre-vingt-dix jours ou une personne avec un niveau d'invalidité similaire. De plus, une personne peut être considérée comme souffrant d'une maladie chronique si elle a besoin d'une surveillance importante pour se protéger des menaces à sa santé et à sa sécurité en raison d'une déficience cognitive grave et que cette condition a été certifiée par un professionnel de la santé au cours des douze mois précédents. Les AVQ sont: (1) manger; (2) la toilette; (3) transférer; (4) la baignade; (5) pansement; et (6) la continence. Existe-t-il des règles spéciales qui s'appliquent aux assurés malades chroniques?

Plusieurs règles spéciales s'appliquent aux assurés atteints d'une maladie chronique. Généralement, le traitement fiscal décrit ci-dessus ne s'appliquera à aucun paiement reçu pour une période donnée à moins que le paiement ne soit fait pour les frais engagés par le bénéficiaire (qui n'a pas été indemnisé par assurance ou autre) pour les services de soins de longue durée. pour la période. De plus, les conditions du contrat dans lequel les paiements sont effectués doivent être conformes: (1) aux exigences de la section 7702B (b) (1) (B) de l'IRC; (2) les exigences des sections 7702B (g) et 4980C du CEI que le secrétaire spécifie comme s'appliquant à un tel achat, cession ou autre arrangement; (3) les normes adoptées par l'Association nationale des commissaires d'assurance (NAIC) qui s'appliquent spécifiquement aux assurés chroniquement malades (si de telles normes sont adoptées, les normes similaires au numéro (2) ci-dessus cessent de s'appliquer); et (4) les normes adoptées par l'État dans lequel le preneur d'assurance réside (si ces normes sont adoptées, les exigences analogues sous le numéro (2) et, sous réserve de l'IRC Section 4980C (f), les normes sous le numéro (3) ci-dessus cessent d'être applicables

Les «services de soins de longue durée admissibles» sont définis comme «... les services de diagnostic, de prévention, de traitement, de guérison, de traitement, d'atténuation et de réadaptation et les services d'entretien ou de soins personnels nécessaires...» qui sont exigés par un malade chronique.

Existe-t-il des exceptions à la règle générale de non-complétabilité pour les prestations de décès accélérées?

Il existe une exception à cette règle générale de non-inclusion pour la mort accélérée avantages. Prestations de décès anticipées versées à un contribuable autre que l'assuré si le contribuable a un intérêt assurable dans la vie de l'assuré parce que l'assuré est administrateur, dirigeant ou employé du contribuable ou si l'assuré est financièrement intéressé par un commerce ou une entreprise

Quel est le traitement fiscal d'un montant reçu d'un fournisseur de services de règlement?

Un fournisseur de services de règlement est «toute personne exerçant régulièrement des activités commerciales l'achat ou la prise en charge de contrats d'assurance-vie sur la vie d'assurés «en phase terminale ou chronique, à condition que certaines exigences en matière de permis et autres soient satisfaites». Pour être considéré comme un fournisseur de règlement par virement, une personne doit être titulaire d'un permis à cette fin dans l'État où réside l'assuré. L'IRS a fourni des indications sur le moment où les prestataires de services de règlement seront considérés comme agréés.

Si une partie du capital décès d'un assuré en phase terminale ou chronique est vendue ou cédée à un fournisseur de services de règlement, le montant payé pour la vente ou la cession sera considéré comme un montant versé en vertu du contrat d'assurance-vie en raison du décès de l'assuré. En d'autres termes, un tel montant ne sera pas inclus dans le revenu.

Un malade en phase terminale est une personne qui a été certifiée par un médecin comme étant atteinte d'une maladie ou d'un état physique dont on peut raisonnablement s'attendre à quatre mois après la certification.

Un malade chronique est une personne qui n'est pas en phase terminale et qui a été certifiée par un professionnel de la santé autorisé comme étant incapable d'accomplir, sans aide substantielle, au moins deux activités de la vie quotidienne (AVQ) ) pour au moins quatre-vingt-dix jours ou une personne avec un niveau d'invalidité similaire. De plus, une personne peut être considérée comme souffrant de maladie chronique si elle a besoin d'une surveillance importante pour se protéger contre les menaces à sa santé et à sa sécurité en raison d'une déficience cognitive grave et que cette condition a été certifiée par un professionnel de la santé au cours des douze mois précédents. Les activités de la vie quotidienne sont:

(1) manger,

(2) faire la toilette,

(3) transférer,

(4) se laver,

(5) s'habiller; et

(6) continence.

Si un assuré réside dans un État qui n'exige pas l'agrément des fournisseurs de services de règlement, l'assuré doit respecter les normes pour un malade en phase terminale ou un malade chronique. Les exigences applicables à un assuré qui est un malade en phase terminale sont satisfaites si la personne: (1) satisfait aux exigences des articles 8 et 9 de la Loi type de la NAIC sur les règlements de sinistres, et (2) satisfait aux exigences du Règlement type de la NAIC pour déterminer les montants payés par cette personne dans le cadre de ces achats ou cessions. Les exigences applicables à un assuré souffrant d'une maladie chronique sont satisfaites si la personne: (1) satisfait à des exigences semblables aux exigences des articles 8 et 9 de la Loi type de la NAIC sur les règlements de nature sexuelle, et (2) répond aux normes de la NAIC pour évaluer le caractère raisonnable des sommes versées par cette personne dans le cadre de tels achats ou affectations à l'égard de personnes atteintes de maladies chroniques.

Existe-t-il des règles particulières concernant le traitement fiscal d'un montant reçu par un assuré chroniquement malade? fournisseur de règlement?

Plusieurs règles spéciales s'appliquent aux assurés atteints de maladies chroniques. Généralement, le traitement fiscal décrit ci-dessus ne s'appliquera à aucun paiement reçu pour une période quelconque à moins que ce paiement ne soit fait pour les frais engagés par le bénéficiaire (qui n'a pas été indemnisé par assurance ou autre) pour les services de soins de longue durée. pour la période. En outre, les conditions du contrat dans lequel ces paiements sont effectués doivent être conformes à: <1

(1) les exigences de la section 7702B (b) (1) (B);

(2) les exigences des sections IRC 7702B (g) et 4980C que l'IRS spécifie comme s'appliquant à un tel achat, cession, ou autre arrangement;

(3) normes adoptées par la NAIC qui s'appliquent spécifiquement aux assurés chroniquement malades (si ces normes sont adoptées, normes similaires sous le numéro (2) ci-dessus cessent de s'appliquer); et

(4) les normes adoptées par l'État dans lequel le preneur d'assurance réside (si ces normes sont adoptées, les exigences analogues sous le numéro (2) et, sous réserve de la section 4980C (f), les normes sous le numéro (3) cessent de s'appliquer).

Existe-t-il des exceptions à la règle générale de non-inclusion pour les établissements de viatique?

Il existe une exception à cette règle générale de non-inclusion pour les établissements de viatique. Les règles décrites ci-dessus ne s'appliquent pas aux montants versés à un contribuable autre que l'assuré si le contribuable a un intérêt assurable dans la vie de l'assuré parce que l'assuré est administrateur, dirigeant ou employé du contribuable ou si l'assuré est financièrement L'article ci-dessus a été rédigé à partir de l'édition de 2014 de la publication intitulée Tax Facts on Ins et Emp Benefits, publiée à l'origine par The National Underwriter Company, une société Summit Professional Networks, ainsi que par une soeur. division de . À titre de courtoisie professionnelle pour les lecteurs de , National Underwriter offre cette ressource à un rabais de 10% (appliqué automatiquement à la caisse). Allez-y maintenant.

Charger plus

Article Précédent

AHIP Institute 2013: Vérification des prix

AHIP Institute 2013: Vérification des prix

Certains pensent que l'augmentation des régimes de santé déductibles et des comptes de santé personnels Ces signes de succès ont aidé les fournisseurs, les conférenciers et les participants intéressés par le «consumérisme des soins de santé» à participer à la réunion 2013 de l'Institut AHIP. Justin Greis, un cadre supérieur d'Ernst & Young LLP, a donné une conférence sur les dernières nouvelles en matière de confidentialité des données de santé et de sécurité des données....

Article Suivant

Observation mondiale

Observation mondiale

Dans mes deux derniers articles, j'ai exposé les tendances de la mondialisation qui affectent la profession de planification financière. Dans cette dernière édition, je vais partager les résultats de deux enquêtes que j'ai développées pour savoir comment les conseillers se préparent à servir les clients internationaux....

Postez Votre Commentaire